jeudi 27 mars 2014

Vert de green

Je ne sais pas si c'est la promesse du printemps, mais j'ai une furieuse envie de vert en ce moment.
Dans toutes ses nuances!
Et ça tombe plutôt bien, puisque dans ma folie destructrice du 1er janvier, j'avais détricoté un gilet vert,vous vous rappelez, celui aux 5000 boutonnières. 
Comme je n'avais pas beaucoup de cette laine (qui n'existe plus, évidemment), j'ai choisi un pull à manches courtes. Et après le franc succès de la forme "près du corps", j'ai récidivé.
Manches courtes, ajusté, donc, et surtout VERT!


Modèle Arleen, disponible gratuitement (en anglais) sur Ravelry.
J'ai simplement rajouté une torsade sur le côté du corps (côté boutonnière) ainsi que sur chaque manche.





Le petit détail qui tue...


Boutons achetés à la mercerie Brochenn, à Landerneau, au cours d'une mémorable excursion tricot en bande organisée qu'il faudra que je vous narre un de ces quatre. Pour votre information, "brochenn" signifie "aiguille à tricoter" en breton, ce qui est toujours utile à savoir si vous êtes amenés à jouer au Scrabble en multilingue.

Pour rester dans le ton, j'ai aussi tricoté une 3e paire de chaussettes, vertes elles aussi.
Bon, autant dire que j'ai un peu foiré mon affaire, j'ai voulu faire vite et résultat j'ai fait moche. Toujours le même modèle pourtant (chaussettes de la schtroumpfette). A l'origine, c'était une commande mais je vais me la garder pour moi parce que pour le confort, on repassera!


Et puis je crois que j'ai définitivement un problème avec la laine qui change de couleur toute seule. 
Par ailleurs, ces chaussettes sont un casse-gueule assuré... elles glissent sur le parquet comme sur une patinoire. Remarquez, y a peut-être moyen de les recycler en patin à cirer... non?

mercredi 19 mars 2014

La couverture en carrés

Elle est finie depuis longtemps et je ne l'avais pas montrée!
Vous vous en souvenez? Ma couverture en laine irlandaise qui traînait depuis deux ans?

Hé bien Michèle, une des très bonnes âmes du café tricot, s'était dévouée pour me la finir... et depuis, elle orne mon canapé, je l'aime, elle est belle, elle est colorée, elle sent l'irlande!




Autant dire que je passe des heures dessus, à tricoter... d'ailleurs il faut que je m'active pour terminer deux ou trois choses, histoire de vous les montrer.

samedi 1 mars 2014

La chaussette, c'est le pied

Et oui, une deuxième paire.
Je crois qu'il va falloir s'y habituer...



Et c'est encore pour un cadeau!
Je ne sais pas comment ça se fait, mais j'ai dans mon entourage un carambolage d'anniversaires en février, ça se bouscule, y en a tous les jours, on peut jamais offrir à tout le monde en même temps, faut faire des roulements d'une année sur l'autre, c'est compliqué.
D'ailleurs je l'annonce: à partir de maintenant, je n'accepte plus aucun ami né en février! On est complets! Fallait réserver avant!



Donc, je n'avais pas trop de temps à perdre pour ce cadeau, et comme j'étais encore tout émerveillée de ma magnifique paire de chaussettes, j'ai refait la même.

Même modèle (chaussettes de la schtroumpfette, en français et gratuit sur Ravelry), mais cette fois, laine allemande qui change de couleur toute seule.
D'habitude j'aime pas ce genre de laine, et j'ai eu un peu peur que ce soit moche, mais finalement, avec ce rose/rouge flamboyant, on est tranquilles, c'est joli.


En plus ils sont comiques, les Allemands. Sur l'étiquette de la laine, ils ont mis cette mise en garde:



(je traduis: "Le tricot, ça rend accro")

Je vous préviens tout de suite, j'en ai une troisième paire sur mes aiguilles... accro, on vous dit!



mardi 18 février 2014

Combiné nordique

Veera, la surdouée du tricot venue du nord, je m'y étais déjà frottée.
L'affreux gilet de la frangine, vous vous souvenez? Bon bin à la base, c'était un Veera.
À la suite de ce cuisant échec, j'avais tenté un de ses châles... mon Dieu, j'ai cru que j'allais mourir d'ennui sur ce machin. C'était un peu le plat pays version point mousse, si vous voulez. Horrible. J'ai jeté les aiguilles au bout de 15 rangs.
Mais j'aime vraiment bien ce qu'elle fait et quand j'ai détricoté l'affreux gilet franginal (ou plutôt quand ma maman l'a fait), j'ai tout de suite su que j'allais le recycler en un nouveau projet Veeresque: le pull "Flowing Lines".




Et bien je n'ai pas été déçue.
La vache! Veera c'est un peu le Einstein du tricot! Oh là là comment que c'est savant! Je vais vous dire un truc, j'aimerais pas du tout me réincarner en un neurone de Veera plus tard. Non, parce que ça doit chauffer là-dedans.



Le pull se tricote de haut en bas et la construction du col est bluffante (et franchement, je n'aurais jamais compris toute seule comment ça marchait sans l'aide d'une bonne âme du café tricot). Attention, quand je dis ça, je ne veux pas dire que c'est compliqué: si vous suivez à la lettre les instructions (même sans comprendre), vous aurez bon. Et vous aurez l'impression d'avoir ajouté une case à votre cerveau!



Evidemment, il m'a fallu quelques détricotages au début, on ne se refait pas, entre les jetés que j'avais mal faits parce qu'ils étaient suivis d'une maille envers et le diagramme dont j'avais pas compris qu'il se lisait dans les deux sens, ça a mis un peu de temps à débuter. (Oui, hum, bon, l'effet "case en plus" ne saute pas immédiatement aux yeux...)

Ensuite par contre, ça roule tout seul! Les manches ont une construction "contiguous", m'a-t-on dit, qui est ma construction préférée parce qu'elle n'implique pas de relever les mailles (je fais ça très salement).
J'ai longuement hésité pour la taille et finalement j'ai fait du S parce que Veera préconise de porter le pull près du corps. Bon bin là, ok, on est près du corps! Moi qui voulais me mettre au culturisme en 2014, c'est encore raté.





Côté laine, c'est de la Bouton d'or 100% laine (pile poil la quantité nécessaire, donc heureusement que j'ai fait du S), bien chaud donc, d'autant que bien près du corps, hein...
Il ne manque plus que l'hiver, quoi.

Flowing Lines, de Veera Velimaki, disponible (en anglais) sur Ravelry. Laine Bouton d'or (plein de pelotes, je sais plus combien), tricoté majoritairement avec des aiguilles 5 et beaucoup de plaisir. 

vendredi 31 janvier 2014

L'année de la chaussette

Rendons-nous à l'évidence: le mois de janvier n'est pas vraiment le plus folichon de l'année, et je tiens ça pour un fait scientifique, universel et avéré. Il fait froid, il fait gris et surtout, il reste 334 jours à tenir avant Noël. Quoi de plus affreux?
Pour se redonner une raison de vivre, je ne vois qu'une solution: se trouver une nouvelle lubie. Avec un peu de chance, elle virera à l'obsession et vous fera tenir jusqu'au printemps!
Et je suis bien contente d'avoir trouvé la mienne! Après la manie du jacquard et la tocade de la mitaine, j'ai le plaisir de vous annoncer que je suis devenue une vraie fada de la chaussette!!!



Oh là là, l'excitation!
J'ai entamé ma première chaussette avant de partir en vacances en janvier, en me disant que cela ferait une excellent tricot de train et quelle riche idée j'ai eu là! J'ai suivi le modèle des Chaussettes de la schtroumpfette, qui se commencent par les orteils et n'ont aucune couture.
Autant vous dire que je me suis éclatée dans mon tricot, la journée de train est passée à toute vitesse.

A un moment du voyage, j'ai essayé la chaussette sur mon pied pour m'assurer que j'avais la bonne taille et ma moitié m'a dit: "Tu es un génie". Oui, oui! Bon, pour être parfaitement honnête, il faut reconnaître qu'il n'a pas l'air d'avoir conscience que je ne fais que suivre les modèles, je ne les conçois pas, donc il n'y a rien de génial là-dedans, mais bon, n'empêche, pendant quelques instants, je me suis sentie moi aussi assez époustouflante.

Jusqu'à ce que j'arrive au talon de la chaussette, qu'il m'a fallu détricoter trois fois parce que:
1. je ne comprenais pas
2. j'ai accusé le modèle d'être mal rédigé
3. j'ai fini par me rendre compte que le problème venait de moi.
Donc à ce stade, le génie a volé en éclat, mais au final, j'ai réglé son compte à ce talon.

(A ma décharge, quand on écrit "remonter 11 mailles", il me paraît assez naturel de comprendre - comme je l'ai fait à deux reprises - "monter 11 nouvelles mailles", alors qu'en fait il fallait comprendre "relever 11 mailles". C'est peut-être une déformation professionnelle, mais bon, quand même, le mot juste, ça compte.)

Laine Katia Olé, coloris exactement comme sur cette photo (joli, quoi)

Comme j'avais du rab de laine et que ces chaussettes étaient un cadeau pour une amie qui m'avait initialement commandé des jambières, je les ai faites un peu plus longues. J'aurais pu faire carrément plus long parce que j'ai vraiment du rab de laine, mais j'étais trop pressée de voir le résultat.


Par contre, la prochaine fois je ne ferai pas les orteils anatomiques qui, à moins d'avoir le pied égyptien, donnent un truc un peu trop pointu.


J'aime la jolie petite torsade, deuxième lubie pour cette année, je le sens.
Je sens que cette première paire va faire des petits!!! Finalement, heureusement qu'il me reste encore onze mois pour confectionner mes prochains cadeaux de Noël!


mercredi 15 janvier 2014

Quand on aime on ne compte pas...

Oui, c'est vrai, quand on aime on ne compte pas... le nombre de fois où il nous aura fallu détricoter un fichu cadeau de naissance.

Grrrr.... alors celui-là, il m'aura fait jurer, pester, rouspéter et aligner les noms d'oiseaux!
(Noms d'oiseaux entièrement destinés à moi-même et aux foutus bon de dieu de modèles à la con que j'avais choisis! Je précise!)

Au départ, j'avais choisi un modèle magnifique, un gilet jersey avec empiècement point mousse, mignon à souhait, avec une jolie laine, tout ça. Bon, j'ai tout tricoté, le dos, les devants (cousus hein, évidemment...), les manches. Et au moment d'assembler les manches aux emmanchures... Horreur! Malheur! Ca ne correspondait pas du tout, mais alors PAS DU TOUT. Pour vous donner une idée: je pouvais, moi, enfiler mon bras dans l'emmanchure jusqu'à l'épaule. J'avais fait une manche de bébé pour une emmanchure d'adulte, quoi.
Visez moi l'horreur:
Modèle à la con numéro un!!!!
(pardon pour la photo toute pourrie... Enfin y a pas que la photo..)
Je grogne, je râle... scrogneugneu de scrogneugneu.... Ni une ni deux, je change de modèle et de laine. On repart sur de bonnes bases, je vais quand même pas me laisser intimider par un cardigan taille naissance au point mousse, non mais.

Je jette donc mon dévolu sur un autre modèle, tout aussi charmant, au point de riz, on ne peut plus simple et adorable:
(c'était le petit gilet rose à gauche, tiré de ce livre)


Parfait parfait.
Je tricote 15 rangs, et là je me dis: "Mouais.... c'est marrant mais ça paraît immense..."
En effet, j'étais partie pour faire un gilet taille naissance, certes, mais pour un titan.

Je redéfais, je recommence en montant dix mailles de moins... Au bout de 10 rangs, on avait toujours un truc gigantesque.

Je re-redéfais (qui a dit que j'étais entêtée?) et je prends des aiguilles 2,75. Je monte encore moins de mailles. J'avance quelques rangs de ce foutu machin au point de riz.
Heureusement, à ce stade, une bonne âme du café tricot a eu la franchise de me dire: "Il est un peu costaud, ton truc". Bon, je me vexe, je me roule par terre, je pleure et je me rends à l'évidence: mon gilet de bébé ressemble à un affreux tricot de grand-mère tout serré, tout rêche, qui gratte bien partout... et qui est toujours un peu grand.
(Modèle à la con numéro deux!)

Qu'à cela ne tienne! Je choisis un troisième modèle! J'ai de la ressource.
Un truc de la Droguerie, au point mousse, aux aiguilles n°3.  Je me dis que je ne peux pas vraiment me tromper, là...
Hé bien si, si. Comme quoi, la capacité à se surprendre soi-même est vraiment sans limite.
Celui-là aussi je l'ai foiré. Mais c'est pas de ma faute, j'ai fait vérifier auprès d'un jury impartial... qui a élu à l'unanimité ce gilet au point mousse "Modèle à la con numéro trois"!
C'est le genre de modèle où on te dit A LA FIN UNE FOIS QUE TOUT EST FINI de répartir cinq boutonnières sur le devant. Non mais, je vais leur faire bouffer leurs boutons, moi!!!!!
Bon j'aurais dû m'en douter, j'ai déjà dit ici tout le mal que je pensais des modèles mal écrits de la Droguerie.

A ce stade de mon histoire, je ne vous cache pas que j'en étais presque arrivée à un point (mousse) de non retour.
J'étais à deux doigts d'aller acheter un gilet au Monop, d'arracher l'étiquette, de mettre un bel emballage et d'envoyer mon cadeau de naissance comme si de rien n'était.
Mais j'ai ma petite fierté, tout de même.

J'ai donc décidé d'improviser. Puisqu'aucun modèle n'était à la hauteur de mes aiguilles, j'ai pondu un modèle maison.





Et vous savez quoi?
Il est super!
(je me rends seulement compte à l'instant que j'ai oublié d'y mettre mes super étiquettes thermocollantes "le point et la ligne", grrrrr.....)


mercredi 1 janvier 2014

L'année nouvelle!

Vous vous souvenez peut-être (comment oublier?) de la rétrospective de l'horreur que je vous avais proposée l'année dernière pour clore 2012 en mocheté...
Bon, je suis au regret de vous dire que je n'ai pas assez de tricots hideux dans mon stock pour récidiver cette année, hélas.
Par contre, j'ai des tricots. J'en ai plein. Des tricots réalisés à la sueur de mon front et qui ne sont jamais sortis du placard. C'est malheureux quand même... Toute ces efforts ruinés et cette laine qui se perd.

Pour attaquer 2014 du bon pied, j'ai donc décidé de faire table rase des échecs!!!
On prend les mêmes pelotes et on recommence!
Allez, allez, on détricote!

Le gilet aux 576 boutonnières?

 Du balai!


(très jolie laine Anny Blatt que je récupère dans mon panier)




Le tee-shirt bicolore improbable?

Ouste!

(très jolie laine Coast dans des coloris que j'adore)


Le pull homme que le destinataire n'a jamais porté pour cause d'encolure trop étroite (puis trop large une fois l"encolure refaite... non mais zut!)? Bon bin celui-là, je m'apprêtais à lui faire un sort quand j'ai trouvé que quand même, il frisait la perfection (les coutures sont nickel! MES coutures!!) Alors je l'ai mis de côté pour plus tard et il a tapé dans l'oeil du chat qui ne le quitte plus.


Tu as de la chance, pull gris, tu es sauvé in extremis!!!


Le fameux gilet d'anniversaire de la galerie des horreurs 2012?
 Aux chiottes!!!

(jolie laine Bouton d'or qui est déjà en phase de recyclage)
(merci maman d'avoir passé tout un trajet paris-quimper à défaire la chose...)

Et enfin... Dans ma folie destructrice, j'ai bien failli m'attaquer au fameux snood/cape... Mais j'ai été stoppée dans ma course par les copines du café tricot qui m'ont interdit de commettre un tel acte! Soi-disant que ce serait dommage, tu parles, le machin avait glissé sous le canapé sans que personne s'en aperçoive....
On s'arrête donc là pour le détricotage, mais ça promet de jolis projets en 2014!

Sur ce je vous souhaite une très bonne année pleine de bons tricots et de tout ce qu'il vous faut!