dimanche 30 décembre 2012

Les torchons et les serviettes

Finalement, en plus du Gilet Mignon, j'ai trouvé le temps de tricoter quelques bricoles supplémentaires pour Noël, librement inspirées des torchons présentés sur le site de Purl Bee.


Deux torchons et une manique, tricotés en coton bio Fibra Natura.

Un coton hyper agréable à tricoter, un petit projet rapide et facile, idéal pour un cadeau de dernière minute. Je ne sais pas ce que ça donnera à l'usage, mais s'ils résistent, j'en referais avec plaisir. 

mercredi 26 décembre 2012

Encore un peu de gilet mignon?

Pour les cadeaux de Noël, j'ai dû revoir mes ambitions de tricots à la baisse et me suis donc concentrée sur un projet unique: le gilet mignon Korrigan.

Je ne sais pas pourquoi j'ai la fâcheuse tendance à tricoter des manches style pattes d'eph. J'aime pas trop ça, même si pour un bébé c'est moins gênant. Bon, il faut dire que là j'ai carrément zappé les diminutions des manches, alors rien d'étonnant. Mais je trouve l'emmanchure (tricotée AVANT l'oubli des diminutions, donc ça ne change rien) quand même très large.
Ma nièce peut donc boudiner des aisselles autant qu'elle veut, y aura de la place!

Korrigan, de Solenn Couix-Loarer, sur Ravelry.
Tricoté en Alpaga Purple Laines, 100 grammes, aiguilles 3,5

Sinon, le modèle est très chouette et même si j'ai fait plein de petites fautes (je suis encore au niveau initiation en torsade), j'ai tout compris comment qu'il fallait s'y prendre, ce qui en soi est déjà un exploit. Je crois même que pour la première fois j'ai COMPRIS UN DIAGRAMME. Dingue! De là à ce que je sache utiliser la règle de trois, il n'y a qu'un bond!



Enfin, un mot de la laine quand même. Cette laine!!! Faut que je raconte: c'est en lisant le blog de Sandrine que j'ai découvert Purple Laines. Et ce jour-là, j'ai frôlé la crise cardiaque. Parce que voyez-vous, non seulement le site est joli, les laines magnifiques et les couleurs à se damner, mais Purple Laines c'est aussi de la vente de laine au poids. Mais enfin, mais c'est bien sûr! Finis les bouts de pelotes dont on ne sait que faire, les couleurs qui traînent parce que pour faire le motif en jacquard, 10 grammes d'alpaga suffisaient mais on a bien été obligé d'en acheter 50.
Je n'aurai qu'une chose à ajouter: courez-y, et pour les plus Auvergnates d'entre vous (tata, suis mon regard!!) leurs locaux sont dans les montagnes de la Loire, soit à un petit coup de VTT!

Vivement le prochain projet haut en couleurs....!


jeudi 13 décembre 2012

Le dernier du genre

Aujourd'hui c'est le Dernier Défi Treize de Toute l'Histoire de l'Humanité... avec autant de majuscules, je pouvais pas me permettre de rater le coche.

Le thème? Une technique jamais expérimentée en couture ou (pour moi en l'occurrence) en tricot. Fastoche! J'avais l'embarras du choix parce que les techniques que je ne connais pas, c'est vraiment pas ce qui manque. Mais ce qui m'a manqué en revanche, c'est le temps. C'est qu'il en faut du temps pour expérimenter torsades, emmanchures fantaisistes, points tellement minutieux qu'on a besoin d'une loupe pour y voir clair... et puis qui dit nouveauté dit détricotages. Bref, qui dit tout ça dit beaucoup de temps, quoi.

Alors je l'avoue: j'ai feinté. Non, j'ai carrément triché. De façon éhontée.
J'ai ressorti un petit ensemble bonnet/écharpe bien de saison tricoté il y a longtemps, mais attention, j'ai une certaine éthique de la triche. Tricher, ok, mais avec sérieux. Avec classe, j'ai envie de dire.
Il s'agit de mon premier jacquard.
Ce qui veut dire qu'il s'agit quand même d'une première fois. Une première fois qui arrive ici avec seulement une petite année de retard. Mais elle reste une première fois. L'un dans l'autre, c'est à peine de la triche.
Et puis c'est tricoté avec les restes de mon Premier Pull.



Le tout tricoté en Lang bleu marine (perdu la référence, mais c'est une laine ultra douce qui doit contenir du cachemire ou quelque chose comme ça) et en Artesano Aran coloris Midday, un laine ultra chaude, douce et résistante.

Et puis bon, le jacquard, c'est une expérience sans cesse renouvelée, non?
Les autres ultimes défis sont par là!

mercredi 21 novembre 2012

À la japonaise

Pour un cadeau de naissance, un petit gilet/kimono/veste, un peu comme on veut, quoi...

Modèle "Puerperium", disponible en anglais sur Ravelry, gratuitement pour la taille naissance.
Tricoté un Cascade 220, un écheveau, aiguilles 3,5.

Un modèle facile, sans couture, idéal pour les fins de journées fatiguées.

Mais le mieux, vous serez bien d'accord, ce sont ces BOUTONS-PRESSIONS!!!! Oui, j'ai mis des boutons-pressions! 
Et ça me met en joie! 


Merci à Cheryl pour ce modèle et la fabuleuse presse Kam!
D'abord parce que c'est vachement moins galère pour les parents du futur bébé et que je me réjouis de leur faciliter la vie. Ensuite, parce que c'était ma première fois avec des pressions, et ça m'a plu. 
En fait, je mens, c'était ma deuxième fois, mais la fois précédente, j'avais mis des pressions en fer, à coudre. A coudre à la main. Ouais, autant dire que le résultat ne pouvait pas être beau. 
Alors que cette fois, j'ai utilisé une presse et des boutons en plastique et ça a été tout seul.
Enfin, tout seul... le futur bébé a quand même bien failli se retrouver avec un kimono new age, pressions à l'extérieur, mais j'ai réussi à rectifier le tir. Tout en le faisant je me consolais d'avance: "Bah, s'ils peuvent pas l'enfiler au bébé, au moins ça les fera rire..."

Voilà, maintenant j'ai l'obsession du bouton-pression.
Bouton-pression
Bouton-pression

Chic! Plein de nouveaux modèles en perspective...




vendredi 2 novembre 2012

Le marin

Et voilà "Marin", d'Ysolda Teague.




Il est beau, hein?
Ouais, et bin il m'a donné un peu de fil à retordre, quand même.
J'ai coincé dès le début à cause d'une sombre histoire de diagramme, une fois n'est pas coutume. Et puis quand j'ai réussi à me mettre dans la peau d'Ysolda et que j'ai compris comment la chose était foutue, c'est allé beaucoup mieux!



Enfin, jusqu'aux rangs raccourcis du milieu. Pourtant c'est pas dur les rangs raccourcis, mais il m'a fallu cinq - je dis bien CINQ - détricotages pour arriver à obtenir le bon nombre de mailles pour pouvoir faire le bon nombre de rangs.
Je dois avouer que l'espace d'un instant, j'ai eu la même sensation que face à un problème de maths du collège, rappelez-vous, celui avec deux trains qui partent de Paris et de Marseille, et à quelle heure se croiseront-ils à Châteauroux? Mais une fois ma frustration ravalée et mes mailles remontées sur leurs aiguilles, ça s'est fini sans encombre.




Pour autant, je ne dirais pas que le modèle soit difficile, et surtout, il est vraiment génial à tricoter (mais si, je vous jure!) La forme arrondie et les petites torsades sont du gâteau, on retient vite le procédé et si on n'est pas complètement handicapé du chiffre, on devrait même pas avoir besoin de détricoter!
Le résultat est tout simplement bluffant.
J'ai utilisé une qualité de laine "Sport", donc le résultat est épais, moelleux et enveloppant, parfait pour l'hiver qui arrive.


"Marin" d'Ysolda Teague, disponible sur Ravelry, tricoté en Bouton d'or "Gaia",  6 pelotes.



vendredi 12 octobre 2012

À l'italienne

Défi 13 de ce mois: caramel et chocolat...
Quand le thème est sorti, j'ai eu plein d'idées, j'ai trouvé des super modèles sur Ravelry. Et puis sans que je comprenne pourquoi, on était déjà le 11 octobre, et je n'avais plus du tout pensé au Défi 13. Alors j'ai bricolé un truc vite fait, j'ai fait ce que je pouvais avec ce que j'avais.
Et ça donne ça.


Glace à l'italienne, parfum chocolat, tricotée en Cascade 220,  modèle disponible sur Ravelry.

Bon, bin au moins, celle-là elle fait pas grossir... 
Toutes les autres gourmandises sont par ici.

dimanche 7 octobre 2012

La robe, suite et FIN!

Ayé, ma robe Bulle est ter-mi-née!


Lady Bulle, par Karen Borel, version loooongue, tricotée en Plassard Altiplano coloris comme on veut (bleu/mauve/gris/foncé/clair), épuisé et Cascade Eco. Boutons en tissus de la mercerie du coin. 


Alors finalement, ma galère de laine de rechange (vous vous souvenez? Pas besoin de refaire le point?) s'est avérée salutaire. Après détricotage de la deuxième partie, j'ai lorgné sur une grosse, très grosse pelote de Cascade Eco avec laquelle j'avais commencé un ouvrage pour ma nièce. C'est mal, je sais, mais j'ai défait le truc de la nièce pour sauver la robe (de toute façon, la Cascade Eco est trop rêche pour un bébé et puis elle sent vraiment fort le mouton).
Grand bien m'en a pris! L'association de couleurs n'est pas mal du tout.


(Elle fait un peu peur, vue d'ici!)

La seule chose qui m'attriste, c'est que cette belle robe tant convoitée... n'est pas à ma taille.
C'est balot, hein?
Des esprits charitables ont essayé de me convaincre que non, elle n'était pas trop grande, qu'il suffisait de dire qu'elle était oversize et que ça deviendrait tout de suite beaucoup plus mettable. Ouais, bin ça change rien, c'est quand même trop grand.
Mais ça va, je le vis bien. Cet ouvrage m'a appris à rester zen, et là je crois que j'ai presque atteint le stade du Bouddha, à force.


Mais bon, un mot du modèle, quand même. Je crois que c'est la première fois que je tricote à partir d'un modèle aussi bien rédigé. Des vraies phrases avec des mots dedans et tout! Incroyable! On y comprend TOUT!
Niveau technique, j'ai appris plein de choses: les rangs raccourcis (j'avais jamais fait, c'est chouette), comment réaliser les poches (simple et bluffant), les petites fronces sur le devant et l'arrière.
Aucune couture, l'ensemble avance vite finalement (sauf quand on choisit la version ultra-long), on relève les mailles des manches et on les tricote à quatre aiguilles, tout ça a été vraiment un plaisir. Et je suis sûre que s'il s'était agi de n'importe quel autre modèle, j'aurais lâché l'affaire au moment des galères de pelotes.


Il ne me reste plus qu'à trouver la personne à qui l'offrir, quoi...
Et de m'inscrire à un cours de poterie.

vendredi 28 septembre 2012

L'histoire de la robe

Tout a commencé il y a quelques années, à l'époque où je ne savais pas encore vraiment tricoter. Je suis partie bille en tête avec l'idée farfelue de me confectionner une robe. J'ai acheté la seule laine que je connaissais à l'époque (qu'on me pardonne, j'étais jeune, j'étais bête, j'ignorais qu'il existât des laines 100% naturelles...): de la Plassard Altiplano.
Malheureusement je n'ai pas pris de photo du résultat, mais vous voyez les Pierrafeu? Bon bin ma robe rappelait fortement leur look "homme des cavernes". Moche, trop grande, sans finitions et en plus elle grattait (la faute à l'Altiplano)... un franc succès, quoi.

Je l'ai remisée dans mon armoire jusqu'à ce que paraisse il y a quelques mois le formidable modèle Bulle. Bille en tête, toujours, j'ai décidé de me lancer dans un Bulle version robe. Et pourquoi ne pas défaire la Pierrafeu pour recycler la laine et mêler ainsi l'utile (faire de la place dans mon panier à laine) à l'agréable (tricoter ce modèle joli, élégant, en un mot parfait)?

Au début tout s'est bien passé, si on exclut le fait que j'ai commencé avec 290 mailles, soit à peu près le double de ce qui était écrit. Mais bon, disons que, au deuxième début, tout s'est bien passé.
Et puis arrivée à la moitié, je suis tombée en panne de laine. Pourtant, j'en avais un sacré stock d'Altiplano. Renseignements pris auprès de plusieurs négociants en laine et même auprès de la filature Plassard, le verdict tombe: ce coloris n'est plus commercialisé. Ahhhhhhhhhhh......
Alors le truc, c'est qu'avec l'Altiplano mauve/gris (mais la dame de chez Plassard, elle m'a dit qu'en fait c'était du bleu. Ah?), je me suis tricoté l'année dernière un gilet. Non, en fait je me suis tricoté LE gilet. Le machin que je mets tout le temps, qui est beau, chaud, va avec tout, a un petit côté veste que j'adore. Alors dilemme: détricoter mon gilet préféré pour pouvoir terminer robe ou me laisser simplement  mourir dans un coin?

Après ça, j'ai eu une petite passe dépressive, je l'avoue. Je ne pouvais pas défaire Le Gilet. À la place, j'ai commandé des pelotes d'autres couleurs, d'autres marques (quitte à panacher...) avec l'idée de faire des bandes dans ma robe Bulle. Et c'est reparti, bille en tête.

Sauf que maintenant je suis en panne de pelotes de rechange.




Bon alors, je fais quoi moi? J'arrête le tricot et je me mets à la poterie?

jeudi 13 septembre 2012

Faire des vagues

Défi 13 de septembre: l'été indien.

Je dois le dire en toute modestie: j'ai vachement bien collé au thème, je trouve.

Quoi de plus estival que le bleu et la mer?

Il me restait des pelotes bleues de Coast (tiens! la Coast! Ça faisait longtemps!) avec lesquelles j'ai eu envie de faire des vagues.


HolstGarn Coast coloris Tweed, trois pelotes tricotées en double avec aiguilles 5.

Modèle maison. Les vagues verticales et horizontales sont tirées de ce livre
Par là pour visiter tous les autres été indiens.


mercredi 29 août 2012

Le retour du cache-nez

Il y a quelques semaines, j'ai voulu m'essayer à la dentelle.

Comme j'avais une pelote de Coast qui se lamentait, je me suis dit que j'allais en faire un châle à dentelle.
Vu que j'ai tricoté en double (la logique aurait voulu que, ne disposant que d'une pelote, je tricote en simple, mais bon, une fois de plus, la logique n'était pas au rendez-vous!) j'ai obtenu un cache-nez. D'ailleurs, je suis sûre que d'ici peu, le cache-nez reviendra à la mode, et là, tout le monde me l'enviera, mon cache-nez d'été en coton à trous pour quand on a attrapé froid en plein mois d'août.

Il est petit, mais je dois dire qu'il me plaît. Il a un petit côté napperon qui ne manque pas de charme et vu sa taille, il est bien possible qu'il termine étalé sur un guéridon.


Cache-nez maison tricoté en Holst Garn Coast, coloris Dove, une petite pelote, en double, aiguilles circulaires 5

Quoi qu'il en soit, j'en suis fière parce que (une fois n'est pas coutume!), la dentelle est conforme à la photo du livre!!!! Hourra!!!!! Très chouette à tricoter ce point, d'ailleurs, tiré de ce livre.



La construction est simple (toujours la même en ce qui me concerne): on augmente de chaque côté et de  part et d'autre de la maille centrale en faisant un jeté à chaque rang endroit.



J'ai manqué de laine pour terminer la bordure, dommage, parce qu'elle est vraiment jolie, comme une vaguelette (elle provient du même livre).



Tout ça me console d'une tragédie tricotesque dans laquelle je suis plongée, j'en parlerai en temps et en heure, pour le moment, le sujet est trop douloureux!!!

jeudi 16 août 2012

Rose dentelle

Encore un joli petit modèle tiré du livre de layette de Nadia.
Bin oui, je me répète, c'est lassant, mais un bon livre de tricot, un de ceux où tous les modèles sont non seulement jolis mais en plus faisables, hé bien c'est comme un CD dont on écoute absolument tous les morceaux sans en passer un seul: c'est rare et on y revient.

Dentelle pour demoiselle, de Nadia, en six mois.
Laine (coloris Rose thé) et boutons La Droguerie.
Tricoté en aiguilles 5.

Vraiment, comme tous les autres modèles du livre, celui-là a été très agréable à tricoter. 
La construction sans couture est toujours aussi formidable, c'est simple, élégant et la dentelle apporte une touche de fantaisie.

Le motif de dentelle est très simple à réaliser. Bon évidemment, moi il a fallu que je m'y reprenne à deux fois, parce que, comment dire... il y avait un diagramme. Alors, rien de bien sorcier, mais sur le coup je n'ai pas trop compris comment il fallait le lire (alors qu'en réfléchissant deux secondes, on ne peut pas se tromper). Donc j'ai fait une première mouture de dentelle et je me suis entêtée: suis allée jusqu'au bout. Et puis arrivée à la fin, j'ai dû me rendre à l'évidence: ça ne formait pas une dentelle mais simplement des trous. J'ai défait et la deuxième tentative n'est pas complètement parfaite, mais on va pas finasser.

Hormis cette petite suée, un régal de tricot! 


vendredi 10 août 2012

Dansons la carmagnole


À la fin du 18ème siècle, dans le sillage de la Révolution, les femmes, notamment issues de milieux populaires, ont occupé une place de plus en plus importante dans la vie publique française. Certaines d'entre elles assistaient aux réunions publiques, notamment aux côtés des sans-culottes (je vous passe les détails, suis pas spécialiste non plus!)
Et comment les appelait-on, ces révolutionnaires convaincues? Les tricoteuses!
Je dirai ça au prochain qui prétend que le tricot est une activité de mamie. Non mais.

Les tricoteuses jacobines, de Lesueur
Pour ceux que ça intéresserait, Dominique Godineau a consacré un ouvrage à la question: Citoyennes tricoteuses, les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française.

vendredi 3 août 2012

Le point mousse qui donnait des boutons

Normalement, le point mousse et moi, on n'est pas grands copains. Il m'ennuie et je le trouve souvent moche. Lui, il trouve que je ne sais pas me contenter de sa simple élégance. Bref, nous divergeons sur de nombreux points. Si j'ose dire.

Alors qu'est-ce qui m'a pris de m'emballer pour un gilet intégralement tricoté en point mousse? Là, mystère.
Une concordance de facteurs (j'avais acheté en soldes une fin de série de laine pile de la couleur du modèle sur la photo, le gilet avait des boutons dans le dos, détail que je trouve absolument irrésistible) et bing, me voilà à passer tout mon temps libre avec mon petit pote Point Mousse.
Au final, la cohabitation s'est bien passée. Il faut dire que j'avais la chance de fréquenter aussi son cousin, Point Mousse Ajouré, ce qui m'a apporté une certaine (je n'irais pas jusqu'à dire "fantaisie", faut pas pousser non plus) mais disons, une certaine distraction non désagréable. Et puis après quelques semi-échecs tricotés, il fallait revenir à des trucs simples.


Recto
Verso
















Recto Verso, modèle disponible sur le blog Mon petit bazar, tricoté ici en mérinos Anny Blatt (5 pelotes), aiguilles 4,5 et 8 (pour obtenir un point ajouré)

Comme on le voit, le charme du modèle réside notamment dans ses boutons. Oui, c'est ce qui m'avait tapé dans l'oeil direct en voyant la photo....
Malheureusement, on n'est pas tous les jours intelligent, et ce jour-là devait être un jour sans. Parce que qui dit bouton dit couture. Et qui dit 53 boutonnières comme j'ai eu la bonne idée de faire, dit beaucoup, BEAUCOUP TROP de couture.
Ce que je déteste le plus après le point mousse? Bin la couture.




Alors après, on dira ce qu'on veut, je suis peut-être maso, mais j'ai pris du plaisir à tricoter ce pull qui sur le papier n'avait rien pour me plaire et je remercie la demoiselle du blog Mon petit bazar d'avoir mis la recette à disposition!
C'est un tricot facile et agréable, tout en point mousse ajouré, donc -  ça, je crois qu'on l'a bien compris - tricoté sur aiguilles circulaires de haut en bas, donc sans aucune couture (hormis les 72 boutons, mais pfiou, une broutille, ça se fait en deux minutes!!!) Je précise qu'on n'est pas du tout OBLIGÉ de faire autant de boutonnières, sauf quand on est bête et qu'on se lance dans le truc sans réfléchir aux conséquences, mais bon, personne ne fait ça. Hein?
Donc une construction facile, agréable, sans complication, pas besoin de compter ses mailles tous les deux rangs, un bon tricot pour se reposer la tête.



Dire qu'un esprit perfide m'a fait remarquer après avoir jeté un bref coup d'oeil à mon ouvrage que la Croix-Rouge au bout de la rue acceptait les dons de vêtements...








samedi 21 juillet 2012

Légère et court vêtue


Il y a quelques mois, je me suis lancée dans une vaste opération de tricot layette destinée à ma nièce et j'ai tricoté une petite robe d'été.
Alors comme nous sommes en "été"...


Modèle "Little sister's dress", en Holst Garn Coast coloris Tweed, pour changer. Tricoté en double, taille 6 mois.

La recette est disponible gratuitement sur Ravelry.
Ça a vraiment été un tricot agréable, tout simple, tricoté de haut de en bas sur aiguilles circulaires donc sans aucune couture. Inutile de le préciser, la Coast est toujours aussi magique, parfaite pour des tricots de bébé. Ça tombe bien, parce qu'il me reste plein de pelotes en bleu... et si je faisais à ma nièce un look total Coast??? Ouh, ça me donne des idées.

Mon modèle est encore trop petit pour la porter, mais je me dis qu'elle pourra toujours la mettre avec des leggings et un sous-pull cet automne.


Boutons La Droguerie
Et puis c'est bien de tricoter pour les petits, d'une part parce que c'est petit. Donc rapide. (Et pas cher). D'autre part, parce que tout comme les clubs de golf, les petits ne peuvent pas dire que c'est moche, que ça gratte ou que c'est galère à enlever! Ah, le rêve. 


vendredi 13 juillet 2012

Rustique quand tu nous tiens...

Défi 13 de juillet: sac ou chapeau.
Ah bin sac alors. Et en tricot. Mmmmh.... l'idée de départ ne paraissait pas forcément bonne!

Tricoté avec de la laine rapportée d'Irlande, épaisse et rêche, parfaite pour un ouvrage rustique!
Je me suis donc lancée dans la besace. Ambiance rentrée des classes, parfait vu que nous sommes déjà en octobre.
Facile à faire: Un grand morceau pour le "corps" en jersey (et rabat en point bizarre, j'y reviens), deux rectangles en point mousse pour les côtés, deux petites poches en point mousse elles aussi, une bride en point de riz.
Et hop!

Enfin, hop... Je dois bien avouer que la besace en tricot, c'est pas non plus l'invention du siècle.



Je préfère la voir comme un prototype, un truc que je pourrai refaire avec de la jolie laine et peut-être même doubler en tissu quand je saurai utiliser une machine à coudre??



Cette laine ne met pas spécialement en relief les différents points et finalement c'est tant mieux, parce que pour le rabat, j'ai voulu faire un point de chevron en biais et bien sûr, il fallait compter. Comme toujours dans ces cas-là, dès le 2e rang, je n'avais déjà plus le compte, mais j'ai insisté, ce qui m'a donné un truc pas du tout conforme au modèle du livre, mais avec un effet inattendu et bienvenu: ça m'a carrément rétréci la largeur. Parfait pour un rabat!
Il rejoint donc ses copains sacs et chapeaux par ici.

vendredi 6 juillet 2012

À l'occasion

des retrouvailles avec ma toute petite nièce...

Uni d'un côté, chiné de l'autre, tricoté avec peu de temps mais beaucoup d'amour!!!





dimanche 1 juillet 2012

T'as le look Co-Coast (ou pas...)


J'ai déjà dit à quel point j'aimais la gamme "Coast" de la marque danoise Holst Garn: mélange mérino/coton, elle est souple, propose de très belles couleurs, le tout pour un prix raisonnable.
J'ai déjà dit aussi à quel point j'aimais les modèles proposés par Purl Bee.

Alors naturellement, quand je l'ai vu, lui:

"Cap Sleeve Lattice Top", Purl Bee


j'ai pensé à elle:



Hum, alors comment dire... mon résultat est un peu décevant.
 Je crois que la combinaison de ces deux couleurs (pourtant très jolies prises séparément) n'est pas si heureuse que ça. En plus, le pull est à la fois trop large et trop court. Hmmm, seyant! Pourtant, j'ai rallongé le corps par rapport aux instructions du modèle et heureusement sinon je me serais retrouvée avec une brassière. Le modèle est très clair et simple, j'ai donc dû me gourer quelque part...


À mi-chemin entre la serpillère et le gilet pour sortir la poubelle!









En même temps je l'aime bien ma serpillère.
Portée avec élégance, elle est presque mettable....


Pourtant, c'était chouette à tricoter: une construction super simple, le point ajouré est joli et le rang "à trous" avant le bord côte aussi.



Est-ce que j'oserais le mettre? La question est là!







 En même temps, j'ai déjà les boucles d'oreille assorties, et ça, ça fait un bon point pour la serpillère!


Donc: serpillère d'été, tricotée en Holst Garn Coast coloris Dove (une pelote tout entière, il ne me restait quasiment rien) et Tweed (2 pelotes), achetées chez Laine et Tricot

mercredi 20 juin 2012

T'as drivé avec ton putter dans le fairway?

Pardon? Hein? Quoi?
Vous ne comprenez pas l'intitulé?
Ah... sans doute n'avez-vous pas grandi en pensant que Jack Nicklaus était un chef d'État étranger et que la meilleure chose qui pouvait vous arriver dans la vie s'appelait un trou en un.

Si décidément, ça ne vous dit rien, pas de panique. C'est simplement que vous êtes ignare en golf.

Moi aussi je suis ignare, mais mon papa joue au golf et quand je suis tombée sur ce modèle sur le site de Purl Bee, je n'ai pas hésité!

(EDIT DE SEPTEMBRE 2016: VOUS POUVEZ DESORMAIS RETROUVER LE TUTO DES PROTEGE CLUBS EN FRANCAIS ICI!)



Pour les ignares que nous sommes, je précise qu'il s'agit de bonnets pour clubs de golf.

J'ai bien aimé cette association de couleurs et l'idée d'en avoir deux à décliner sur les bonnets. Je voulais copier mais comme je n'avais pas le matos sous la main, j'ai fait comme je pouvais. Le résultat est moins graphique et, il faut le dire clairement, moins chic. J'ai fait dans le rustique, quoi.


Tricoté avec amour, de la laine Cascade Hethers 220 et des aiguilles doubles pointes 4



Je commence à maîtriser sérieusement les aiguilles double pointes et je me sens prête pour me lancer dans la chaussette.
Par ailleurs, c'est un plaisir de tricoter pour un club de golf: on peut bidouiller n'importe comment sur l'envers, il ne viendra jamais se plaindre que ça gratte!

Tout en tricotant, je réfléchissais aux points communs entre le golf et le tricot: activité solitaire qu'on peut néanmoins pratiquer à plusieurs. Activité répétitive qui rend perplexe les non initiés ("Mais tu t'ennuies pas à tricoter toujours la même chose pendant des kilomètres?" Bin non) et dont il faut maîtriser le jargon (le boguey et le putter trouvent leur équivalent en tricot dans le raglan et le point granité).



Sans doute, le tricot comme le golf permettent de se détendre, bien que mon papa n'ait pas toujours l'air détendu au sortir d'une séance et que moi-même, quand je m'escrime sur une diminution, je me sens plutôt énervée!

(Voir également cette version-ci et celle-là!)


mardi 12 juin 2012

Dans la savane, terrible savane

Défi 13 de ce mois de juin: Savane!
Ouh là.


Voici donc: le terrible éléphant de la savane!


Modèle et fournitures: La Droguerie. Tricoté en alpaga 5 et 3,5.



Ici dans son environnement naturel...




En famille....


Dans la bibliothèque de la brousse... (et devant La défense Lincoln, bien vu!!)



                                                   En compagnie des grands félins!!!!


Ça se voit peut-être: je me suis beaucoup plus amusée à photographier ce petit machin qu'à le tricoter. Même si au final, je le trouve mignon mon éléphant.

C'est un peu ma faute, mais quand même, sans vouloir faire la fille qui rate son gâteau et accuse la recette ensuite, les explications du modèle étaient succinctes, pour ne pas dire elliptiques! C'est le genre de modèle en kit: on a tous les éléments mais faut trouver le bon assemblage. Finalement, La Droguerie, c'est un peu l'Ikéa du tricot.

D'abord il y a un inexplicable paradoxe dans les modèles de La Droguerie: c'est rien que du point mousse et du jersey, donc les débutantes se disent "Chic, des jolis modèles simples", mais c'est tellement pas bien expliqué qu'en fait, mieux vaut avoir douze années de pratique derrière soi pour s'en sortir.

Sans compter que le modèle en question est animalier... difficulté supplémentaire! Parce que les explications spartiates, elles précisent pas super bien où il faut coudre tel bazar et dans quel sens ("Hein? Quoi? Faut mettre les défenses "dans les plis"??! Mais j'ai pas de plis, moi! On m'a jamais parlé de plis jusqu'à maintenant!!!")

Or, je n'ai pas de diplôme en Anatomie animale, Option Bête sauvage de la savane. Donc il a fallu consulter les autorités compétentes en matière d'organisation d'un éléphant pour être bien sûre de pas faire n'importe quoi. Ce qui ne m'a pas empêché d'inverser les pattes avant et arrière (sur la photo en noir et blanc gracieusement fournie avec le kit, on a vaguement l'impression que l'éléphant se tient mieux que le mien).

MAIS ENFIN BON: je rendrais quand même hommage aux laines de la Droguerie qui sont belles, douces, de grande qualité et présentent un éventail de couleurs renversant! Dommage que les modèles ne soient pas toujours à la hauteur.






Et maintenant, cherchez l'intrus!