vendredi 28 septembre 2012

L'histoire de la robe

Tout a commencé il y a quelques années, à l'époque où je ne savais pas encore vraiment tricoter. Je suis partie bille en tête avec l'idée farfelue de me confectionner une robe. J'ai acheté la seule laine que je connaissais à l'époque (qu'on me pardonne, j'étais jeune, j'étais bête, j'ignorais qu'il existât des laines 100% naturelles...): de la Plassard Altiplano.
Malheureusement je n'ai pas pris de photo du résultat, mais vous voyez les Pierrafeu? Bon bin ma robe rappelait fortement leur look "homme des cavernes". Moche, trop grande, sans finitions et en plus elle grattait (la faute à l'Altiplano)... un franc succès, quoi.

Je l'ai remisée dans mon armoire jusqu'à ce que paraisse il y a quelques mois le formidable modèle Bulle. Bille en tête, toujours, j'ai décidé de me lancer dans un Bulle version robe. Et pourquoi ne pas défaire la Pierrafeu pour recycler la laine et mêler ainsi l'utile (faire de la place dans mon panier à laine) à l'agréable (tricoter ce modèle joli, élégant, en un mot parfait)?

Au début tout s'est bien passé, si on exclut le fait que j'ai commencé avec 290 mailles, soit à peu près le double de ce qui était écrit. Mais bon, disons que, au deuxième début, tout s'est bien passé.
Et puis arrivée à la moitié, je suis tombée en panne de laine. Pourtant, j'en avais un sacré stock d'Altiplano. Renseignements pris auprès de plusieurs négociants en laine et même auprès de la filature Plassard, le verdict tombe: ce coloris n'est plus commercialisé. Ahhhhhhhhhhh......
Alors le truc, c'est qu'avec l'Altiplano mauve/gris (mais la dame de chez Plassard, elle m'a dit qu'en fait c'était du bleu. Ah?), je me suis tricoté l'année dernière un gilet. Non, en fait je me suis tricoté LE gilet. Le machin que je mets tout le temps, qui est beau, chaud, va avec tout, a un petit côté veste que j'adore. Alors dilemme: détricoter mon gilet préféré pour pouvoir terminer robe ou me laisser simplement  mourir dans un coin?

Après ça, j'ai eu une petite passe dépressive, je l'avoue. Je ne pouvais pas défaire Le Gilet. À la place, j'ai commandé des pelotes d'autres couleurs, d'autres marques (quitte à panacher...) avec l'idée de faire des bandes dans ma robe Bulle. Et c'est reparti, bille en tête.

Sauf que maintenant je suis en panne de pelotes de rechange.




Bon alors, je fais quoi moi? J'arrête le tricot et je me mets à la poterie?

jeudi 13 septembre 2012

Faire des vagues

Défi 13 de septembre: l'été indien.

Je dois le dire en toute modestie: j'ai vachement bien collé au thème, je trouve.

Quoi de plus estival que le bleu et la mer?

Il me restait des pelotes bleues de Coast (tiens! la Coast! Ça faisait longtemps!) avec lesquelles j'ai eu envie de faire des vagues.


HolstGarn Coast coloris Tweed, trois pelotes tricotées en double avec aiguilles 5.

Modèle maison. Les vagues verticales et horizontales sont tirées de ce livre
Par là pour visiter tous les autres été indiens.