samedi 8 avril 2017

On se carme!

Oh, le piètre titre! Ah ouais, je vous l'accorde, c'est le plus mauvais de tout 2017 (pour le moment du moins... je suis sûre que je peux faire encore pire).
Toujours est-il que je me suis cousu une blouse Carme!!!!

Il se trouve que j'ai reçu ce patron en cadeau et que peu de temps après, je suis tombée sur ce fabuleux coupon japonais de chez Frou-Frou super soldé.
Seulement au moment de découper les pièces, je me suis rendu compte que ça rentrait pas exactement dans le coupon. Comme je ne voulais pas couper en travers du droit fil (j'ai décidé d'être sage et de tout faire dans les règles), je me suis dit que j'allais plutôt raccourcir la blouse dont le bas "liquette" ne me convainquait de toute façon pas entièrement.



Je me suis lancée toute guillerette dans la réalisation du devant, dont j'ai omis l'étape "plastron à plis". En fait, pour tout dire, je n'avais pas assez de tissu pour les faire, ces plis, donc avant même de commencer à coudre,j'avais décidé de les zapper. Bon et ben tant mieux parce que quand j'ai vu la difficulté de l'étape pliure, je me suis félicitée de m'être épargné ça. Autant que vous le sachiez: si vous avez pas fait option origami, vous êtes mal barré.
Donc je suis passée directement aux pinces, fastoches les pinces, j'ai déjà fait ça au moins trois fois dans ma vie. Sauf que là, malheur! Une fois réalisées, elles se sont avérées bien trop hautes.
J'ai tout décousu en maudissant mes nichons manifestement placés trop bas, signe indéniable de ma lente et inexorable avancée dans l'âge, lequel est de mèche avec la force de gravité qui, sans qu'on puisse rien y faire mes bonnes dames, nous attire tout notre attirail vers le sol. Alors à moins d'apprendre enfin à faire le poirier et de passer ma vie la tête en bas, faut l'admettre: les pinces devront être baissées de quelques centimètres.
Donc me voilà à refaire ces fichues pinces 3 bons centimètres plus bas, pour plaire à la gravité.
J'étais quand même fière de moi d'avoir défait et refait alors que vraiment j'en avais aucune envie.
Je réssaie le truc et là, malheur! Les pinces étaient beaucoup trop basses!
J'ai bougonné, j'ai maugréé, j'ai maudit ces foutus nichons décidément jamais à la bonne place, mais je les ai laissées. Elles sont vraiment trop basses, hein, c'est un scandale, mais voyez-vous, je travaille avec une vision d'avenir: quand dans vingt ans mes nichons auront descendu d'un étage, ma petite blousette, elle sera parfaite! Ca s'appelle être visionnaire!

Heureusement, avec ce motif fleuri, de toute façon, on n'y voit rien.
Je dois dire que cette phrase a été un peu le leitmotiv du projet. Ouais, parce que j'ai charcuté à peu près tout ce qu'il y avait à charcuter et heureusement, on n'y voit pas grand-chose avec ce motif.

Donc après l'étape pinces, j'ai continué bon an mal an, en faisant pas mal de trucs à ma sauce (c'est-à-dire une cuiller d'à peu près mélangée avec une pincée de "on verra bien"), notamment le col pour lequel je n'ai rien compris, et en définitive, ça a plutôt bien marché.



Le modèle est plutôt bien expliqué, et il est indispensable (pour les plus ou moins débutantes en tout cas) de consulter les vidéos explicatives car certaines petites choses ne sont pas mentionnées dans le livret.

Outre le côté bien pratique du motif fleuri pour cacher la misère des finitions, j'ai eu quand même des difficultés à coudre le tissu parce qu'il est très fin. Et le tissu fin, ça gondole, ça se barre en plein milieu, ça tient pas bien en place. Mais bon, encore une fois, pour peu qu'on soit pas trop tâtillon, ça passe.

Finalement, je n'ai pas fait les boutonnières car je savais que je ne porterais jamais cette blouse fermée. Ouverte, en revanche, je trouve le décolleté magnifique. Je me suis contentée de coudre un bouton fixe sur le bas, histoire de pouvoir me pencher en toute pudeur.
Là encore, ça m'arrange bien de ne pas avoir à la fermer parce qu'une fois fermée, il est assez flagrant que l'ouverture de la blouse ne tombe pas exactement au milieu. Hé oui, c'est que j'ai quelque peu merdé l'étape "origami de décolleté" qui contenait là encore pas mal de pliure, de pliage, de repli et de plissé et je me suis empêtrée dans tous ces plis alors j'ai fait comme j'ai pu.
Mais portée comme ça, ouverte, à la cool, on n'y voit que du feu (ou presque...)


Le truc dont je suis le plus fière et qui en jette aux yeux des copines non couturières, c'est la patte pour relever la manche (alors que franchement, c'est trois fois rien à faire). Dommage que j'aie eu un accident de boutonnière - entièrement amputable à ma machine à coudre qui a, semble-t-il, un défaut à ce niveau...- qui m'a forcée à faire une intervention d'urgence, sinon on aurait frôlé la perfection à ce niveau!




Avec le recul, j'aurais pu envisager des coutures anglaises sur les manches (ouais, n'ouvrez pas des yeux ronds, je SAIS faire les coutures anglaises, paradoxalement c'est les premières que j'ai appris à réaliser), parce qu'une fois ladite manche retroussée, l'intérieur fait un peu... comment dire... brut de décoffrage, quoi. Cela dit, ça ne me gêne pas le moins du monde, j'aime bien au contraire qu'on devine encore le tissu brut dans le produit fini.



En définitive, je la trouve super chouette ma petite blouse...


10 commentaires:

  1. La Kamikaze de la couture c'est toi !
    Étonnant résultat de l'à peu près mâtiné de On verra bien : voilà une carme tout à fait charmante et mettable, ce qui est quand même le but du jeu !
    Et j'aime beaucoup le tissu (qui doit bien s'accorder à certaine laine alpaga, non ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui, tout à fait portable et portée! En effet, avec la ptite écharpe du café, ça marche super...

      Supprimer
  2. mais elle est absolument parfaite dans son apeupréïtude! La couturière que je ne suis pas n'y voit que de belles fleurs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'illusion est totale, je confirme! Sauf quand on la retourne sur l'envers!

      Supprimer
  3. Eh bien ! Je suis encore morte de rire (mais je vais survivre !)à la lecture de ton aventure couturesque ! J'admire le résultat et le beau tissu! Et s'il y a des défauts, "en marchant vite", ça ne se verra pas ! Tu pourrais écrire un livre pour les débutantes en couture machine qui hésitent à se lancer et qui n'ont pas la poitrine remontée sous le menton, les années passent, ma pôv'dame ! Merci pour ton humour, ça fait beaucoup de bien, belle journée sous un grand soleil, annie35

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, ah, exactement, en marchant vite, c'est parfait! Merci à toi pour ta bonne humeur, Annie!

      Supprimer
  4. Ahah! Encore une fois je me marre devant tes articles... De ce que j'en vois sur les photos elle m'a l'air très jolie et de t'aller très bien cette petite blouse! :)

    RépondreSupprimer
  5. ah le pinces, c'est une science à part entière dans la couture, en plus de l'option origami! je sais que je suis bonne pour les reprendre à chaque fois pour ma part, car autre problème que celui de la gravité, il y a la masse aussi. Et que celui qui dira "ce n'est que de la couture!" s'y essaie! en tout cas, essai transformé en ce qui concerne ta carme, te voilà fleurie pour le printemps!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, la pince, c'est de la science! Je crois que j'essaierai quand même de m'appliquer à ce niveau-là la prochaine fois...

      Supprimer