mardi 27 juin 2017

Bell Bella Belladone

Mes aïeux, que j'aime cette robe! Et ce patron! Et ce tissu!!! (offert par mes parents à mon anniversaire, et dans lequel j'ai tout de suite su que j'aller tailler une deuxième Belladone).



J'avais vraiment envie de m'en coudre une deuxième et je n'ai pas été déçue. 
Les poches ne m'ont posé aucun problème, contrairement à la première fois (je prends de la bouteille!).
Pour mémoire, je précise que j'ai rallongé le buste d'un centimètre supplémentaire par rapport à la précédente, sur laquelle j'avais déjà rallongé le buste d'un centimètre. Donc pour ceux qui sont plus nuls en maths que moi (qu'ils se fassent connaître, ils sont une espèce rare!), ça nous fait donc un rallongé de deux centimètres. Et c'est parfait comme ça.
J'ai également raboté le décolleté. Je l'avais déjà fait pour la précédente, mais j'étais restée timide. Cette fois, j'y suis allée franco et je m'en félicite! J'ai hésité à faire de même avec les emmanchures, pour réduire un peu la largeur du haut, mais je n'ai pas osé. Ce sera pour la troisième version, j'imagine.


J'ai vraiment passé un super moment de couture, un moment qui aurait été même parfait si ma grognasse de machine n'avait pas décidé de me casser les pieds.
Vous savez que je l'avais démontée et réparée. Bon, ça allait mieux depuis, mais elle a subitement fait une rechute. J'ai tout redémonté, re-bidouillé. Elle était repartie comme en 40 mais faisait dorénavant un boucan de tous les diables. Obligée de coudre fenêtres fermées sous peine de déranger tout le quartier. J'ai brièvement envisagé l'acquisition d'un casque anti-bruit. Sans rire! C'était assez infernal et le moindre ourlet me faisait légèrement siffler les oreilles pendant dix minutes ensuite....
Et puis à un moment, à un moment particulièrement délicat nécessitant concentration et bonne volonté, elle s'est mise à me faire n'importe quoi. Des coutures dégueulasses, des blocages de volant, des borborygmes inédits... Alors en dernier recours, à bout de nerfs et d'imagination, après avoir patiemment essayé de comprendre le mécanisme compliqué de la bête, j'ai finalement tapé dessus. Oh, je n'en suis pas fière, hein. Mais ouais, j'ai cogné comme une brute.
Hé bien laissez-moi vous dire, chers amis, que la violence est peut-être, finalement, la réponse à tous nos problèmes. (Bon, ne me citez pas hors contexte, je parle uniquement des machines à coudre et je n'incite personne à faire de même avec des êtres vivants, la voiture du voisin ou les jouets du petit frère). 
Depuis lors, non seulement elle ne fait plus le moindre bruit suspect, mais elle s'est remise à coudre comme au premier jour. Ca coule, c'est fluide, c'est agréable.... Comme quoi, parfois, un bon petit coup bien senti au bon endroit...







2 commentaires:

  1. Elles est magnifique !!! L'imprimé est superbe ! Sûrement très agréable à porter avec la chaleur que nous avons eu ! Maintenant, il faut remettre les pulls, mais bon, on est toujours au dessus ou au dessous des températures de saison. On te pardonne la maltraitance envers ta machine, ce n'est pas elle qui commande , même si tu as oublié de lui remettre 2 vis! Et puis, ça t'a fait du bien, et elle, elle aime peut-être les coups !!! Ca a été encore un grand plaisir de te lire et de rire de bon cœur, merci, belle journée, annie35

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et réciproquement! Merci Annie et bon weekend à toi!

      Supprimer